L’étage nival –
Les refuges
Gravir un sommet se fait 
rarement en un jour. Une halte 
s’impose entre la marche d’approche et 
l’assaut final pour lequel il faut partir aux heures les plus 
froides du petit matin.
Autrefois, les alpinistes n’avaient pour dormir que les 
bergeries ou leurs propres tentes. Ce n’est qu’à la fin du 19ème siècle, avec la création du Club Alpin Français, que furent construits les premiers refuges. empty link
Les pionniers du Club Alpin Français étaient si volontaires 
qu’ils n’hésitaient pas à porter sur leur dos les matériaux 
nécessaires à la construction de ces petites habitations jusqu’à 
plus de 3000 mètres d’altitude.
Avec le développement de l’alpinisme, les constructions 
ont très vite évolué.
Durant les années 1950, l’utilisation de 
l’hélicoptère en montagne a facilité la 
construction. Désormais, on peut y trouver 
des douches et des toilettes.
Parfois les refuges ne sont pas « gardés », on 
peut alors y passer la nuit mais il faut apporter son 
matériel de couchage et son repas. Certains refuges sont 
accessibles facilement à une altitude moyenne, ce qui te
permet de passer une nuit en montagne dans une ambiance de 
haute montagne !
shapeimage_5_link_0
Questions découverte
Quelle différence entre un refuge et un hôtel ?
Dans un refuge, c’est le gardien qui s’occupe de tout et ce n’est pas 
un restaurant ! Les menus sont adaptés en fonction des possibilités 
de ravitaillement. Le gardien est là également pour conseiller les randonneurs sur les itinéraires notamment en fonction des conditions météorologiques. empty link
Il faut y respecter des règles de vie :
respect des autres 
respect des horaires
calme et silence 
rangement et propreté
Il faut surtout redescendre ses déchets. Pour des raisons d’organisation et de sécurité, il est strictement obligatoire de réserver, et de prévenir 
en cas d'annulation.shapeimage_8_link_0
?
Le sais tu ?
Le refuge Vallot situé sur la voie normale du Mont-Blanc servait aussi d'observatoire pour les scientifiques!
Joseph Vallot, scientifique de renom, avait gravi le Mont Blanc en 1881 et c'est tout naturellement vers ce sommet propice aux observations météorologiques qu'il orienta toute son activité à partir de 1886. Il décide alors la construction d'un refuge sur de petits rochers, à 450 mètres sous le sommet du Mont-Blanc. Le premier observatoire fut établi en 1890 mais remplacé en 1898 par un deuxième observatoire à 4350 m plus approprié et adapté au travail en altitude. empty link
Aujourd'hui,  le refuge est toujours utilisé et reste un abri très appréciable en cas de mauvais temps. Quant à l'observatoire, il est progressivement abandonné avec l’arrivée des nouvelles techniques qui n'obligent plus les scientifiques à se rendre en altitude.shapeimage_14_link_0
Le refuge Vallot
Version imprimableNival_17_files/Nival%2017.pdf
RetourNival.htmlshapeimage_18_link_0
SuivantNival.htmlshapeimage_19_link_0
Les étagesLes_etages.htmlshapeimage_20_link_0
SommaireThemes.htmlshapeimage_21_link_0
Menu principalMenu_pricipal.htmlshapeimage_22_link_0
VidéothèqueVideotech_1.htmlshapeimage_23_link_0
Mots clefsGlossaire.htmlshapeimage_24_link_0